Pour toutes ces raisons, nous croyons que lorsqu’un travailleur vit un événement de violence, il faut savoir lui apporter une aide efficace afin d’en diminuer les impacts négatifs.  C’est ce que propose l’intervention post-incident.

Service post-incident :

 

 

S’adresse aux personnes ayant vécu un incident de violence

 

 

L’intervention post-incident

 

En raison de sa nature, la violence vécue en relation d’aide ou de services a des impacts plus importants qu’on pourrait le penser. Ce qui est aggravant dans cette dynamique de violence, c’est qu’elle laisse des « empreintes » dans la mémoire de l’employé sur la construction de sa compétence. En effet, l’employé vit une relation d’interdépendance. Le client a « besoin » d’aide et l’employé a « besoin » du client pour confirmer sa compétence. 

 

De plus, autre facteur aggravant, une situation de violence vécue en relation avec un client est la plupart du temps « vue », « entendue » et souvent « jugée » par notre entourage, soit nos collègues ou nos supérieurs d’où le double impact sur le sentiment personnel de compétence et sur l’état de bien-être général au travail. Ces impacts négatifs vont s’exprimer par différents comportements chez l’employé. Nous observons une perte de motivation au travail, du stress anormalement élevé dans certains contextes de travail et parfois le refus d’exécuter certaines tâches.

 

 

 

Post-incident et Post-traumatique

 

  --  Mise en garde

 

Ici, nous devons apporter une précision concernant la différence entre l’intervention post-traumatique et l’intervention post-incident élaborée il y a maintenant plus de 15 ans et appliquée par Isabelle Côté et par quelques personnes ressources formées et accréditées par elle.

 

L’intervention post-traumatique est nécessaire pour les personnes qui, suite à un évènement traumatique, souffrent d’un ensemble de symptômes tels que cauchemars, flashback, anxiété, évitement, pour ne nommer que ceux-là, qui perdurent au-delà de 30 jours après les évènements et qui deviennent envahissant dans la vie quotidienne des personnes. Dans ces cas, nous parlons de Trouble de Stress Post-Traumatique connu sous l’appellation de TSPT.

 

 

 

 


 

La thérapie a pour objectif d’aider la personne à faire l’intégration émotionnelle de cet évènement afin qu’il n’affecte plus sa vie quotidienne.  --

 

 

L’intervention post-incident est recommandée à la suite d’une intervention caractérisée par des éléments de violence (clients agités, intimidants, désorganisés, etc.) de moindre gravité qu’un évènement traumatique, mais qui amènent l’employé à vivre des situations de stress provoquant chez lui des réactions émotionnelles (pleurs, colère, autocritique négative,) et souvent physiques (maux de tête, tension physique, nervosité).

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle vise à s’assurer que la personne victime de violence reçoive le bon service au bon moment. Nous accompagnons également l’employé victime de violence dans une analyse objective de l’intervention. Sous forme d’entretien, cela permet de revoir avec l’employé chaque étape du déroulement de l’incident. Cette analyse objective sert à documenter les comportements de violence adoptés par le client ainsi qu’à relever les interventions qui ont été faites avec leurs impacts sur le client.

 

 

 

L’intervention post-incident vise deux objectifs :

 

1.  Ramener à la conscience l’expertise acquise à la suite de cet incident :

 

  • Construire un savoir sur les comportements de violence donne confiance, assurance, diminue le stress et augmente ainsi le niveau de bien-être chez l’employé.

 

 

2.  Bien cerner les facteurs environnementaux qui ont influencé le déroulement       des évènements :

 

  • Encourager ce qui marche et ajuster ce qui fait défaut.

 

 

Contenu :

 

  • Analyse objective de l’intervention

  • Aider l’employé à retrouver son état optimal

  • Retour de l’entrevue avec le client(optionnel)

 

 

Déroulement :

 

  • de 2 à 5 entrevues 

  • Chaque entrevue dure environ une heure trente

L’accompagnement des victimes de TSPT se fait en suivi individuel et peut s’échelonner sur 20 à 50 séances.

L’intervention post-incident n’est pas une thérapie, il s’agit d’une démarche structurée en 5 étapes.

Si quelqu'un vous provoque...  Tendez-lui une oreille